L’INTERPRÉTARIAT EN LANGUE DES SIGNES

interprete de lengua de signos

La langue des signes espagnole (LSE) est la langue maternelle de près de 120 000 personnes chez lesquelles une surdité a été détectée. De plus, il s’agit de la langue employée par les personnes ne possédant aucun trouble de l’audition, tels que des enfants de parents sourds, des interprètes et des professeurs, entre autres, lors de leurs interactions familiales ou professionnelles avec cette communauté.

Il s’agit d’une langue visuelle qui répond à toutes les caractéristiques formelles du langage humain, avec une grammaire visuelle riche et qui lui est propre. La langue des signes espagnole (LSE) est née de façon naturelle de la main d’un groupe de personnes atteintes de déficience auditive, qui ont utilisé leurs mains pour créer un système de signes « verbaux » permettant d’exprimer toutes sortes de significations, comme dans toute autre langue parlée.

Actuellement, selon les indications de la Confederación Estatal de Personas Sordas (équivalent à la Fédération Nationale des Sourds de France), en Espagne deux langues des signes coexistent : la langue des signes espagnole et la langue des signes catalane.

Cet aspect est repris par la Loi 27/2007, qui reconnaît les deux langues des signes et réglemente les moyens de soutien à la communication orale des personnes sourdes, celles atteintes de troubles de l’audition et celles atteintes de surdicécité. En outre, dans les statuts de certaines communautés autonomes telles que l’Andalousie, l’Aragon la Castille-et-Léon, la Communauté valencienne, l’Estrémadure et les Iles Baléares, il est fait référence à la langue des signes espagnole.

Cette forte utilisation de la langue des signes se traduit sans aucun doute, par un développement spectaculaire de celle-ci et, en conséquence, de l’interprétariat de la langue des signes.

L’interprète en langue des signes espagnole (LSE) est une personne entendante qui possède le titre de Technicien Supérieur en Interprétariat en Langue des Signes. C’est-à-dire, qu’il s’agit d’un interprète entendant qui travaille avec deux langues : l’espagnol et la Langue des Signes Espagnole.

En règle générale, il s’agit d’un type d’interprétariat social au sein de services éducatifs médicaux liés à l’emploi ou juridiques, etc. et dans n’importe quelle situation formelle dans laquelle une personne atteinte de troubles de l’audition doit communiquer ou interagir avec une personne entendante.

Chaque fois qu’il existe un besoin de communiquer entre des personnes sourdes et des personnes entendantes, tu retrouveras la figure de l’interprète en langue des signes. Parmi les différentes situations, il convient de citer :

  • Des réunions avec des avocats, avec la police, dans des tribunaux ou des prisons.
  • Des entretiens d’embauche, des conférences et des événements de formations.
  • Un enseignement ou un apprentissage pendant les cours.
  • Des rendez-vous chez le médecin, le dentiste ou tout autre professionnel de santé.
  • Des événements religieux, sociaux, et culturels.

En dépit du fait de posséder sa propre grammaire et de respecter d’autres standards propres à la langue parlée, un grand nombre de professionnels, linguistes ou non, doutent à ce jour, de son statut de langue.

Il est vrai, qu’il ne s’agit pas d’une langue internationale, puisque les langues sont apparues dans les différentes communautés de personnes atteintes de troubles de l’audition ou de l’audition et du langage, de ce fait, il est impossible de déterminer un développement ou une évolution commune.

C’est pour cette raison qu’il est possible de parler de la langue des signes italienne, de la langue des signes espagnole, française, japonaise, etc.

Bien qu’il existe un système de signes international qui facilite la communication de base entre des personnes atteintes de surdité provenant de différents pays, la portée de cette communication reste limitée et élémentaire. C’est pourquoi lors de rencontres internationales la présence de la figure de l’interprète est nécessaire pour chaque langue des signes.

Une autre idée fausse qu’il est possible de croire est de penser que la langue des signes consiste à épeler les mots de manière systématique. Il est vrai qu’un alphabet manuel ou dactylologique est utilisé au quotidien afin d’épeler des noms de personnes, de villes ou des aspects généraux pour lesquels il n’existe pas encore de signe assigné.

Interpréter en langue des signes ne consiste pas non plus à substituer chaque mot par un signe.

Comme vu précédemment, il s’agit d’une langue avec une grammaire qui lui est propre et une syntaxe ainsi qu’une structure propre.

En langue parlée espagnole, l’ordre syntaxique des phrases est souvent « sujet-verbe-objet », alors qu’en langue des signes espagnole l’ordre est le suivant « sujet-objet-verbe ».

Par exemple, la phrase en langue parlée « Je bois de l’eau », interprétée en langue des signes serait « Je-eau-boire ». Ceci serait l’ordre basique des signes dans la phrase.

Or, que se passerait-il si on ajoutait quelques compléments à la phrase ?

Tout d’abord, il convient de souligner qu’en langue des signes il n’existe pas de verbe « être ». Donc, la phrase « Je suis affamé » deviendrait « Je-affamé ».

Un autre aspect à souligner concernant la construction de phrases en langue des signes est que les compléments de temps se placent toujours au début de la phrase.

Au contraire, les adjectifs et les adverbes se placent presque toujours à la fin de la phrase lorsqu’il y a interprétation de la langue parlée vers la langue des signes.

Par exemple, la phrase « J’ai regardé un film romantique hier soir » serait traduite par l’interprète de la manière suivante « Hier-soir-je-regarder-film-romantique ».

Ce sont quelques-unes des principales caractéristiques et différences existantes entre la langue parlée et la langue des signes.

Comme indiqué en début d’article, la figure de l’interprète en langue des signes et l’importance de ce type d’interprétariat émergent de par le besoin de communication entre les personnes atteintes de troubles de l’audition et les personnes entendantes.

Les responsabilités tout comme les fonctions de ces professionnels ont émergé et évolué en même temps que la langue des signes évoluait elle-même.

Si cela t’intéresse de découvrir cette profession de l’intérieur et, pourquoi pas, de faire partie de la communauté d’interprètes en langue des signes, il existe de nombreux cours de langue des signes qui te permettront d’acquérir toutes les compétences et les aptitudes nécessaires pour la maîtriser.

Et, souviens-toi : les interprètes en langue des signes permettent aux personnes sourdes et aux personnes muettes de s’exprimer et de voter dans la société.

Artículos relacionados
La traduction de livres de recettes de cuisine

La gastronomie est un marqueur d’identité dans de nombreux pays : elle représente à la fois

LES CARNAVALS DANS LE MONDE

Ton déguisement est-il prêt pour les carnavals de 2019 ? Chez Tatutrad nous adorons les fêtes,

Qu’est-ce que le voice-over ?

Il est certain que nous avons tous déjà vu (même si c’était pendant que l’on

Demandez votre devis